La technique du « baking » en maquillage, qu’est ce que c’est ?

28/12/2018

La technique du « baking » en maquillage, qu’est ce que c’est ?

Les tendances en matière de maquillage sont désormais dictées par les make-up artists qui officient sur les réseaux sociaux en montrant – au cours de mini-tutos – des techniques plus ou moins prometteuses.

Dernière technique en date : le baking. Littéralement « la cuisson ». Ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas franchi la quatrième dimension. Et fort heureusement, vous n’aurez pas à mettre votre tête au micro-ondes. On vous explique tout.

Après la tendance très suivie du contouring qui a séduit un grand nombre de beautystas et qui permet de sculpter le visage, la technique du strobing qui utilise un highlighter pour donner du relief au visage ou encore le draping qui mise sur le blush, voici venu des réseaux sociaux et de Youtube une nouvelle technique de maquillage en « ing » baptisée le baking.

Si elle ne consiste pas à cuire le maquillage au sens propre du terme, elle utilise tout de même la chaleur naturelle du visage pour figer les produits de maquillage appliqués en grande quantité pour les figer et les faite tenir plus longtemps.

La technique, avant d’envahir les réseaux sociaux, se cantonnait aux cercles festifs et vient des drag-queens : pour faire tenir leur maquillage plus longtemps, ils utilisent cette technique qui consiste, grosse modo, à appliquer en couches épaisses, correcteurs et poudres pour les figer sur la peau et en améliorer la tenue.

 

Concrètement, avec quel produit on peut faire du baking ?

 

Il faut une bonne crème hydratante, un bon anti-cernes ou correcteur, une poudre (idéalement) libre et un fixateur de maquillage ou au bombe d’eau thermale. Côté matériel, pinceaux de maquillage et éponge (type beauty-blender) pour fixer le tout.

 

Comment ?

 

Il faut savoir que cette technique étant ultra-desséchante, il vaut mieux s’armer d’une crème hydratante béton avant toute chose. On hydrate donc le visage, et particulièrement le contour des yeux, avant de passer à l’utilisation des produits de maquillage.

Ensuite, on passe au correcteur : c’est la base de la technique du baking. On l’applique en couche épaisse sous les yeux mais aussi sur les pommettes et jusqu’aux tempes et même sur les zones où l’on veut apporter du relief.

Ensuite, on poudre légèrement avec un pinceau armé de poudre libre pour fixer le tout.

Vient l’étape cruciale qui va servir à « figer » les couches, le baking à proprement parlé. On utilise alors une éponge à maquillage que l’on humidifie (à l’eau, ou mieux, avec un fixateur de maquillage) que l’on tapote dans la poudre libre : on vient ensuite l’appliquer sur le visage, sur les zones préalablement recouvertes de correcteur. Cela va sceller les couches de maquillage ensemble grâce à la chaleur de la peau qui va aider à évaporer l’eau en « liant » ensemble les différentes superpositions de produits.

Une fois que tout est sec, environ une dizaine de minutes plus tard, on prend un pinceau et on retire la poudre laissée en excédent tout en estompant le reste : la matière est figée, le maquillage ne bouge pas et le teint est parfait.

Une technique à essayer pour bien se familiariser avec elle, tout en prenant soin de bien hydrater pour éviter de maquer les ridules. A oublier sur les peaux trop marquées, la superposition des couches risquerait de faire pire que mieux.

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.