Yves Saint Laurent Black Opium

27/10/2015

Black Opium, une légende sulfureuse et addictive

Black Opium d’Yves Saint Laurent, plus qu’un parfum, une légende sulfureuse et addictive

Il y a bientôt quarante ans qu’Yves Saint Laurent a donné naissance à l’un de ses parfums les plus appréciés mais aussi les plus controversés. Plus qu’une simple essence classique, Black Opium est sulfureux et élégant et surtout, il a su entrer dans la légende. Ce parfum floral et oriental a su s’imposer comme un symbole de l’addiction auquel aucune femme ne peut résister. Ne cherchez pas, si vous y avez gouté, vous êtes forcément devenue accro.

Black Opium, l’histoire d’un mythe qui fait scandale

Black Opium est un jus imaginé par Yves Saint Laurent et élaboré par le parfumeur de la maison Jean-Louis Sieuzac. A son lancement en 1977, il avait été créé  pour convenir à l’impératrice de Chine.  Et, lors de sa commercialisation, le moins que l’on puisse dire c’est ce que c’est un jus qui divisa. En effet, son nom « Opium » en référence à une drogue asiatique en a laissé plus d’un septique. Ce n’est que plus tard que le parfum d’Yves Saint Laurent décollera en France, au point d’ailleurs de créer des ruptures de stocks. D’ailleurs, depuis ce jour, son succès ne cesse de croitre dans l’hexagone. En revanche, il ne connait pas systématiquement le même engouement à l’étranger. Dans certains pays il a même été retiré des ventes car il inciterait à la consommation de cette substance illicite. C’est en tous cas l’idée que défendent les autorités saoudiennes et chinoises. Mais qu’à cela ne tienne, la maison Yves Saint Laurent assume et a toujours pris le parti de faire scandale en jouant sur le sens de son patronyme. En effet, cette dimension du produit est très travaillée et même valorisée par la marque. Le premier spot publicitaire d’Opium mettait d’ailleurs en scène la top model des années 80, Linda Evangelista. On la retrouvait en Chine cherchant à se procurer de la drogue et terminant son périple en saisissant le flacon Opium d’Yves Saint Laurent. Ce film commercial se clôturait par le slogan : “Opium d’Yves Saint Laurent, un parfum de dépendance”. Au moins, le message est on ne peut plus clair. Et que cela plaise où non, il a au moins le mérite de faire parler de lui. D’ailleurs, ce pari osé semble être une très bonne idée marketing si l’on en croit la longévité de ce produit.

Black Opium et son attitude glam-rock

Afin de coller à cette image sulfureuse, il fallait imaginer une fille « Opium » qui ait une attitude à la provocation justement dosée. Aussi, c’est le mannequin londonien au CV remarquablement fourni,  Edie Campbell, qui a été choisi comme égérie de la fragrance. Cette dernière n’est ni tout à fait bourgeoise ni franchement bobo. Elle a l’esprit rock juste comme il faut et incarne à merveille l’esprit recherché par Yves Saint Laurent. Cette dernière a un sens du style incroyable. En effet, son look est faussement décontracté et, en réalité vraiment étudié. Ainsi, elle véhicule l’image d’une femme qui  prend le contrepied de la vie trop sérieuse des adultes mais sans trop se la jouer femme-enfant non plus. Tout de noir vêtue, elle dégage une allure provocante très bien dosée et justement maitrisée.

Alors forcément avec une telle ambassadrice de charme, Opium n’en devient que plus addictif. Il faut dire qu’Edie Campbell est un personnage qui n’a plus à prouver sa notoriété dans le milieu de la mode. Elle a, en l’occurrence, été élue mannequin de l’année en 2013. Tout comme le parfum Opium, elle a ce côté rebelle et avant-gardiste qui nous séduit tant. Son regard magnétique et son look à mi-chemin entre l’aristo et le garçon manqué sont à tomber. Avec Yves Saint Laurent, le petit perfecto de cuir noir ne rime pas simplement avec un esprit rebelle, il fait désormais parti du raffinement. A cette image, le flacon de Black Opium possède des lignes pures et sa couleur noire mat se mêle aux paillettes. En parallèle, son cœur est rose et tendre et renvoie une image très féminine. Cet écrin de charbon surprend avec sa touche de douceur lovée en son centre. Il est comme l’égérie et la fragrance, il est là où on ne l’attend pas et renferme tout l’esprit d’Opium.

Yves Saint Laurent nous invite à prendre une café floral

Mais à qui doit-on cette fragrance particulièrement addictive ? Et bien, à quatre parfumeurs, à savoir : Nathalie Lorson, Marie Salamagne, Honorine Blanc et Olivier Cresp. Et oui, il fallait au moins ça pour concevoir un parfum tel que Black Opium, à mi chemin entre la lumière et l’obscurité. Toute son essence est construite sur ce paradoxe. Il est galvanisant, séducteur et addictif et saura séduire toutes les amatrices de fragrances de caractère. En effet, deux facettes s’opposent. D’un côté, ses grains de cafés noirs, exprimés en surdose soulignent toute son amertume. De l’autre, les fleurs blanches mettent en exergue toute sa féminité. Par ailleurs, cette sensation olfactive est renforcée par la présence d’Absolu de fleur d’oranger et de jasmin Sambac qui explosent dès les notes de tête. Enfin, comme ce parfum a une structure très complexe, d’autres essences se joignent à la fête mais plus en arrière plan. On y retrouve alors des notes de poires croquantes mêlées aux baies roses vibrantes. Puis, celles-ci se retrouvent chahutées par des touches de gousse de vanille, de cèdre et de patchouli. La structure est très originale et très particulière. Les notes olfactives sont inattendues et le contraste est très puissant. Black Opium est un parfum mystérieux et addictif.

Alors, si vous êtes une amatrice de sensations fortes, vous avez sans doute trouvé votre parfum. Black Opium délivre une bonne dose d’adrénaline. Tout chez lui est merveilleusement pensé pour qu’il devienne totalement addictif. Qui plus est, la bonne nouvelle est qu’il n’est pas du tout illicite en France, bien au contraire. Alors, profitez-en et procurez vous vite c’est essence sulfureuse qui ne tardera pas à vous rendre totalement accro. Après tout, la tentation est faite pour que l’on y cède…

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.