Quelle est la différence entre un anticernes et un correcteur ?

05/11/2018

Quelle est la différence entre un anticernes et un correcteur ?

L’anticernes et le correcteur sont deux indispensables d’une trousse de maquillage. Souvent confondus, ils ont pourtant des objectifs différents. Zoom sur deux produits de maquillage incontournables.

 

Le correcteur pour un teint unifié

Comme son nom l’indique, le correcteur corrige. Sur le teint, il permet donc de corriger différentes imperfections. Généralement de texture un peu épaisse, il est teinté (dans différentes tonalités) pour couvrir ce qui doit l’être. Il ne doit pas être utilisé seul pour corriger les cernes, mais peut être appliqué avant l’anticernes pour un effet optimal.

 

Pour bien le choisir, il faut déterminer les problématiques de peau à corriger : boutons, rougeurs, cicatrices, teint terne, le correcteur est un produit qui rééquilibre, en quelque sorte la balance des couleurs du visage. Il faut pour cela se fier aux principes de colorimétrie pour choisir le correcteur le plus adapté, puisque pour cacher un défaut de couleur, on utilise la couleur complémentaire correspondante : ainsi, un correcteur jaune fera merveille sur les veines violacées trop apparentes tandis qu’un correcteur vert est idéal pour les peaux sujettes à rougeurs ou rosacée.
Adapté à tous les types de peaux, le correcteur existe soit dans des versions sticks épaisses pour corriger une zone du visage ou ponctuellement ou des versions plus fluides, à utiliser sur tout le visage, avant de faire son teint.
Une fois ce correcteur posé, il peut être utile d’ajouter un peu d’anticernes sur certaines zones avant de travailler le produit teint (fond de teint ou BB-crème). Pour la pose, l’idéal est d’utiliser les doigts ou un beautyblender.

 

L’anticernes, allié d’un regard au top.

Manque de sommeil, maladie, imperfections, contour de l’œil terne, l’anticernes est la clé d’un maquillage du regard réussi. Indispensable à poser pour unifier le contour de l’œil, il n’a pas son pareil pour réveiller le regard. Il réduit les traces de fatigue, efface les cernes quelle que soit leur couleur, illumine le teint et le regard et donne un coup de frais bluffant. S’il est parfois utilisé pour camoufler les imperfections, il est en réalité conçu pour atténuer les ombres et structurer les volumes du contour de l’œil.

 

Il existe sous différences formes (stick, liquide, crème) et il est pratique à utiliser : on en prélève un peu sur le bout des doigts et on le tapote délicatement sur le contour des yeux préalablement hydraté, sinon, le produit filera dans les rides et ridules. L’idéal est de bien le faire descendre sous l’oeil en décrivant plus qu’un simple arc de cercle. Les traces de fatigue s’envolent !

Il est primordial d’opter pour un anticernes de la bonne couleur pour dissimuler les zones d’ombre, sinon, c’est exactement l’inverse qui se produira. Ainsi, pour bien choisir, il ne faut pas hésiter à descendre d’un demi-ton par rapport à sa carnation (le choisir légèrement plus clair) pour réduire les ombres qui plombent le regard. Il existe également des sous-tons qui jouent sur la colorimétrie pour dissimuler le cerne : ainsi un anticernes rosé sera parfait sur les cernes bleutés tandis qu’un anticernes beige ou jaune dissimulera à la perfection les cernes bruns voire violacés.

 

Côté texture, les crèmes sont les plus couvrantes, tandis que les sticks sont les plus faciles à utiliser ; enfin les formes compactes sont les alliées des peaux grasses car sous cette forme, l’anticernes laisse un effet mat sous la paupière, sinon, il vaut mieux poudrer pour fixer l’anticernes. Voilà, vous êtes prêtes à tester pour un teint zéro défaut !

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.