13/07/2015

Etre nez : un métier pas comme les autres

Le dicton est bien connu : il faut de tout pour faire un monde ! Et pour mieux discerner les saveurs olfactives des aliments, fleurs et parfums, les « nez » sont particulièrement recherchés, notamment chez les industriels de la cosmétique.

Qui sont les « nez » et quel est leur rôle ?

Certaines personnes naissent avec une particularité qu’ils parviennent à mettre à profit. Les « nez » sont des individus capable d’utiliser leur indice nasal en tant qu’outil de travail. Ces personnes ont en effet la faculté, de par leur flair, de discerner les condiments, les ingrédients contenus dans une sauce, un parfum, un produit de beauté.

Ce personnes au don extraordinaire sont capables d’identifier :

  • Les essences de fleurs (jasmin, rose, violette…)
  • Les épices et condiments (cannelle, sucre, vanille…)

Ce métier si particulier est également très difficile à décrocher. Selon les spécialistes, il n’y aurait dans le monde que quelques centaines de « nez » capables de remplir une telle mission.

Reconnaître et mémoriser les odeurs

Un « nez » expérimenté est non seulement capable de reconnaître de nombreuses odeurs, mais il a de surcroît le pouvoir d’en apprendre davantage et de les mémoriser. Cette mémoire olfactive peut aller jusqu’à plus de 5 000 odeurs, avec toutes leurs nuances.

Très apprécié des parfumeurs du fait de leur capacité de distinguer les odeurs et de les apprécier, un bon « nez » est capable d’analyser la flagrance d’un parfum, tout en appréciant sa qualité. Il est capable de dissocier les mélanges d’odeur, de les identifier, de les combiner, de les ajouter les unes aux autres.

Parce qu’un parfum est issu d’un mélange complexe où le dosage a toute son importante, le « nez » met à profit son don pour juger de la qualité odorante de l’élixir et d’apporter sa contribution pour modifier la recette.

A noter également que ce type de personne est très apprécié dans le monde de la cosmétique et de l’aromatique alimentaire, notamment pour y tester les odeurs (déodorants, shampoing, après-rasage, yahourts…)

Un métier accessible pour tout le monde ?

Si chacun est capable de respirer et de discerner quelques odeurs, le métier de « nez » nécessite quant à lui des facultés qui sortent des sentiers battus. Un bon odorat est indispensable pour prétendre à ce métier, et l’environnement (tabac, pollution…) peut être un facteur important dans la qualité de cet odorat.

Il est cependant possible de suivre quelques formations, de s’exercer, mais cela nécessite avant tout de la passion, de la patience et une hygiène de vie irréprochable.

Certains prétendent qu’en 10 ans d’entrainement, ils sont parvenus à devenir « nez ».

0 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.